Suède : Un ouvrage féministe offert aux adolescents

Pour ce mois de décembre, les Suédois de 16 ans reçoivent l’ouvrage ‘Nous sommes tous féministes’. Ce livre de Chimamanda Ngozi Adichie insiste sur l’égalité des sexes auprès des jeunes.

Si l’abolition des inégalités entre hommes et femmes est un sujet qui préoccupe beaucoup de pays, la Suède montre l’exemple en sensibilisant les jeunes. Ainsi, depuis le début du mois, les jeunes de 16 ans reçoivent le livre ‘Nous sommes tous féministes’ de l’auteure nigériane, Chimamanda Ngozi Adichie. À l’origine de ce projet : le lobby des femmes en Suède qui collabore avec la maison d’édition ‘Albert Bonniers’. Depuis le début de ce mois, 100 000 exemplaires de cet ouvrage ont été distribués.

Dans le livre, l’écrivaine évoque sa vision du féminisme et son importance. Selon elle, il faut trouver une solution au problème de ‘genre’. Si beaucoup de personnes se demandent pourquoi l’auteur utilise le terme ‘féministe’, elle répond que c’est le mot le plus direct et qui permet réellement de montrer le véritable problème du ‘genre’. Elle poursuit que les femmes ont été exclues durant plusieurs siècles et qu’il faut changer cela.

L’écrivaine ne se retient pas quand elle critique la masculinité en la qualifiant de ‘petite cage dure’. Les hommes apprennent à dissimuler leur véritable identité, parce qu’on leur inculque qu’il faut être fort, martèle-t-elle.

Ce genre de réflexion est crucial au lobby des femmes en Suède. Une des membres de ce groupe souhaiterait que les hommes lisent ce livre afin qu’ils puissent comprendre la situation des femmes. Le groupe s’attend à ce que les professeurs intègrent cet ouvrage dans l’enseignement.

 

Un message pour les jeunes Suédois

Lors du lancement de ce projet à Stockholm, la romancière a envoyé un message, via une vidéo sur Youtube, aux jeunes qui recevront son livre. Dans cette vidéo, elle justifie la raison de son ‘féminisme’ en affirmant qu’elle aimerait que le monde soit plus juste où personne ne peut contraindre les femmes à faire ou à ne pas faire telle ou telle chose, où hommes et femmes sont égaux et vivent heureux.

La Nigériane a aussi indiqué qu’à ses 16 ans, elle ne savait pas ce que le mot ‘féministe’ voulait dire. Elle souhaite que les jeunes de 16 ans qui reçoivent son livre prennent la bonne voie et vivent dans un monde où le ‘féminisme’ ne sera plus nécessaire.

Laisser un commentaire